5 novembre 2011 - La fondation Haïti Jazz et l'association Ayiti Mizik oeuvrent à la création d'archives audiovisuelles sur la musique



 
Communiqué de la fondation Haïti Jazz

R
épondant à l’appel à projet du Fil Culture lancé par la Fondation Culture et Création, avec un financement de la Fondation de France, la Fondation Haïti Jazz s’est proposée, en collaboration avec l’Association haïtienne des professionnels de la musique Ayiti Mizik, de créer des archives sur la musique en commençant par filmer les interviews de 25 icones de la musique haïtienne, en se concentrant dans un premier temps sur les plus fragiles et les plus âgés.

L’objectif principal est d’initier la création d’une base de données audiovisuelles destinée à intéresser les jeunes mélomanes, les journalistes, les chercheurs et autres musicologues. Dans un second temps, les maîtres d’oeuvre du projet espèrent créer une dynamique de collecte et de préservation des archives existantes autour de cette initiative ; aussi, l’appel est-il lancé aux propriétaires d’oeuvres musicales originales, imprimées ou manuscrites, de photos, de livres anciens sur la musique, de disques etc. afin que ceux-ci permettent la duplication et la reproduction des ces archives par une équipe de professionnels, afin que leur contenu puisse être rendu accessible aux jeunes générations.

Les
 interviews réalisées feront l’objet de deux montages différents ; un d’une minute, accessible à tous, sur les sites respectifs de la Fondation Haïti Jazz et d’Ayiti Mizik, et un de dix minutes, accessible aux personnes qui en feront la demande en ligne. Dès le mois de décembre, les clips seront en ligne et l’intégralité des interviews sera consultable au sein de la Fondation Haïti Jazz, et Ayiti Mizik, sur rendez-vous.

« Nous souhaitons que ce soit le début d’une collecte d’information quasi exhaustive des ressources humaines et matérielles existantes qui constituera enfin le patrimoine musical de notre pays » souligne Raoul Denis Jr membre fondateur d’Ayiti Mizik et animateur des interviews. « C’est un début, mais nous espérions faire plus au sein même de ce projet, en collectant les copies des photos, des livres que les témoins voulaient mettre à notre disposition, mais l’entreprise est vaste, et le budget limité » continue Milena Sandler, de la Fondation Haïti Jazz. « En effet, avec un million de gourdes, il était difficile de faire plus, mais malgré cela, les caméras auront voyagé de Port-au-Prince au Cap Haïtien en passant par Miami, allant même jusqu’à Montréal pour recueillir les témoignages des 25 premiers témoins de cette base de données.»

« Des bailleurs de fonds semblent enfin comprendre que la culture est un des facteurs de développement de ce pays, c’est tant mieux ; maintenant ne nous arrêtons pas en chemin, il y a encore beaucoup à faire en terme de conservation du patrimoine, mais aussi de mise en place d’infrastructures culturelles pérennes » de conclure Lionel Benjamin, président d’Ayiti Mizik.

Pour information supplémentaire : [email protected]apjazzhaiti.org ou (509) 3699-2419.
Consu
ltez aussi :
www.pap
jazzhaiti.org
www.ay
itimizik.ht
 





Recherche

Inscription à la newsletter